Prophète clairvoyant ou idiot congénital ?

le . Publié dans fil_des_jours

Même s'il n'est guère apprécié dans le pays qui l'a porté à sa tête le 6 mai 2012, il faut reconnaître à BOZZO-le-CLOWN une vision politique décoiffante (l'influence de son coiffeur-teinturier certainement), que beaucoup de dirigeants internationaux pourraient lui envier ; vision romantique et échevelée qui honore notre pays sur un plan artistique en le faisant accéder à une dimension surréaliste et kafkaïenne, puisqu'il il le coupe des réalités internationales, et le fait vivre dans un monde virtuel de bisounours où règnent en maître politiquement correctpensée unique, bien pensance, vivre ensemble, france bleu-blanc-beur, bons sentiments, et langue de bois.

Membres éminents des "Elites" tellement méprisantes pour les "sans dents" et les "chiens galeux populistes", JUPPE et BAYROU qualifient cet état d' "identité heureuse" et accompagnent de leurs vœux cette fiction qui dissout notre Nation et ses 1500 ans d'histoire dans le néant.

Par exemple, il y a peu, le 15 octobre 2016, BOZZO tenait à l'école des Mines de Paris une conférence consacrée à la politique internationale, où il faisait part de sa vision à court terme : toujours optimiste, il illustrait parfaitement le vieil adage français : "Prendre ses désirs pour des réalités", devenu dans sa bouche du même acabit que l'adaptation qu'en avait faite le génial Pierre Dac : "Il vaut mieux prendre ses désirs pour des réalités que de prendre son slip pour une tasse à café."

Chacun appréciera !

Mais au moins, reconnaissons-lui le mérite de ne pas céder à la tyrannie de la "realpolitik" ni au "principe de réalité" enseigné dans toutes les écoles d'administration.

L'article qui rapporte cette admirable intervention tel qu'il est en ligne sur LCI !

François Hollande a prédit ce 15 octobre l'élection d'une "présidente" (on imagine : la démocrate Hillary Clinton ?) le 8 novembre aux  États-Unis. "Il y a des élections qui vont se produire aux États-Unis. Une présidente  va être élue", a-t-il assuré à la conférence Europa à Paris. Une assertion sur fond de sondages catastrophiques pour le républicain Donald Trump, embourbé dans une tempête médiatique à la suite de la diffusion d'un enregistrement de propos choquants sur la gent féminine tenus en 2005.